n'oublie pas de réinventer la roue

David Noir – Bio

David Noir - Photo Bernard Bousquet

Ma pratique concrète de la scène remonte à mes 20 ans, bien que je puisse dater dans ma prime enfance les éléments propres à traduire mon intérêt pour le spectacle. La transmission de ce que j’ai appris et découvert en étant moi-même sur un plateau de théâtre ou en dirigeant les autres peut se résumer en un point essentiel : être vivant sur une scène est une quête d’extra lucidité. C’est avant tout une expérience sensorielle tous radars sortis, qui nous permet d’être un vecteur pour les autres qui nous voient faire. Ce n’est pas tant la sincérité subjective du sentiment qui importe, que la perception du réel alentour à l’instant T. En devenant ainsi extrasensoriel de la tête et du corps, la question du « vrai » et du « juste » ne se pose plus. Le voyage est ailleurs. Bien plus haut que dans le monde des idées. Il se déroule dans celui de l’hyper matérialité des choses et des êtres : l’esprit, le vivant, le tangible et le mortel.    DN

David Noir est comédien et performer. Il est auteur, acteur, chanteur et metteur en scène de ses propres créations depuis 15 ans.

En 1992, il réalise « Les Animaux Décousus », premier travail filmique sur sa sexualité, préfigurant la forme et la recherche de ses projets à venir. En 1998, il entame avec la compagnie La Vie est Courte, une équipée de 7 ans, grâce à laquelle il développera son écriture et une dramaturgie de groupe alliant profondeur des textes, nudité et burlesque. Durant cette période, il abordera des thèmes récurrents comme ceux de l’individu face au plus grand nombre, la nudité collective, le sexe ludique, l’oppression de l’éducation et l’enfance primitive. Cinq spectacles naîtront entre 2000 et 2004 autour de ces sujets, dont trois matrices principales : « Les Puritains », « Les Justes-Story », « Les Innocents ou 16 à Nez Noir » et deux petites formes : « Terre ! » et « Gode Blesse Me », son premier solo.

Depuis le commencement des années 2000, il se passionne pour le Web et les modes narratifs nouveaux, notamment le jeu vidéo. Il voit dans Internet et les supports informatiques, de réelles extensions artistiques de la scène, par delà leur caractère d’outils de diffusion. Cette considération reste aujourd’hui ancrée au cœur de sa recherche et de ses propositions.

En 2008, il affirme sa position de créateur-interprète, en solo ou accompagné, en incarnant JaZon, héros d’une épopée contemporaine, sexuelle et guerrière, rassemblant tous les aspects de son travail et donnée à Paris sous une première forme de 9 shows créés au rythme d’un par mois, sous l’intitulé global « La Toison Dort ».

En 2010, ce travail entre dans une deuxième phase à travers « Projet JaZon », visant encore d’avantage à mettre en relief le corps nu, moteur de son écriture, mais aussi sa place intrigante et son potentiel émotionnel dans nos sociétés.

À dater de 2012, c’est sa rencontre avec Le Générateur, lieu de création résolument tourné vers la performance, qui va marquer de façon décisive une orientation nouvelle dans son travail, par la création de deux installations-spectacles de 15h, entièrement ouvertes à la participation des spectateurs, considérés comme partenaires et interprètes. Il s’agira dans un premier temps à nouveau de « La Toison dort », sous la forme d’un dernier opus foisonnant de propositions diverses, puis son mûrissement final, « Les Parques d’attraction ».

En plus de son travail d’écriture et d’interprétation, il s’intéresse au mixage de toutes natures et intègre à ses recherches, hasards, imprévus, accessoires de toutes sortes et réalisations vidéo.

Il dessine et pratique le collage, peint et réalise régulièrement des courts-métrages non fictionnels ; notamment les microfilms, d’une durée souvent inférieure à la minute, créant un genre comique absurde à partir de l’usage des corps déguisés et nus, illustrant littéralement des expressions courantes du langage ou des jeux de mots.

Tous les éléments de sa biographie et de son évolution artistique, se retrouvent dans la pédagogie qu’il pratique depuis le milieu des années 90.

Outre les nombreux cours qu’il dispense et le travail de formation réalisé au sein de plusieurs compagnies, la direction d’un atelier hebdomadaire de recherche en improvisation, six années durant, lui a permis d’élaborer de nombreuses techniques nouvelles ou différentes, conçues pour favoriser l’épanouissement rapide de l’interprète dans de bonnes conditions.

Les membres de cet atelier, par leur assiduité, leur goût de l’expérimentation et leur intérêt passionné, ont particulièrement contribué aux méthodes que Scène Vivante est en mesure de proposer aujourd’hui. Qu’ils et elles en soient remercié/es !

 

 Principales créations

 

CV détaillés sur LinkedIn

PLATEFORME DES SITES David Noir Production

Réinitialiser le mot de passe
Veuillez entrer votre email. Vous allez recevoir votre nouveau mot de passe par email.