n'oublie pas de réinventer la roue

« TOUT DOIT DISPARAÎTRE »

Workshop - Scène Vivante - David Noir
Réduisez de 25% le prix de vos inscriptions aux stages, workshops et ateliers en devenant membres de Scène Vivante

Descriptif :

En accumulant les règles, on peut aboutir aisément à la rigidité ou au chaos.

Mais il est plus complexe et créatif de jongler avec des éléments disparates ou d’apparence antinomique, en mêlant la spontanéité instable du vivant à nos premières réflexions que l’on a souvent tôt fait de prendre pour les soubassements d’une unique voie à suivre.

Il s’agit ici pour le groupe de travail de donner vie à un objet scénique particulier et précis, par accumulation, agglomération, imbrication, concaténation d’envies et d’idées de toutes natures (mouvement, respiration, systématisme des actions / verbe, interaction, regard …) d’inspirations tant organiques que mécaniques ou conceptuelles.

Une fois les contours de la création dessinés, la performance proprement dite consistera à savamment démolir ce jouet trop parfait.

Méthode :

Après une bref exposé du déroulé de ce workshop cherchant en premier lieu, comme avec les pièces d’un Lego, à élaborer des modules d’action et de jeu (travail classique), 1 à 2 h de recherche individuelle et par petits groupes amèneront à fixer les éléments qui vont constituer « la tête », « le corps » et « la queue » de l’ensemble de la performance collective visée.

Expérimentations et mises en formes seront émaillées d’échanges et de discussions propres à déterminer collégialement les structures, les emplacements, les simultanéités et les rythmes, de façon à atteindre un premier degré de satisfaction relative vis à vis de l’oeuvre en cours.

Les notions de dissolution, dégradation, dévoration … seront alors mises en œuvre pour venir progressivement à bout des volontés premières et permettre l’apparition d’une forme inattendue, échappant le plus possible aux contrôles précisément agencés et organisés initialement.

Ce ne sera plus alors après coup, que l’affaire de chacun/e de se mettre à apprécier cet étrange petit canard nouveau né … ou pas.

Apprendre à aimer ce que l’on n’aime pas forcément d’emblée revient à découdre un peu les pans de son propre costume. Bien que moins ajusté, on y respire soudainement parfois mieux. Mais surtout, on y gagne nettement en dépassement de ses propres contours. Il suffit pour cela de tenir bon quelques temps dans cet inconfort de passage qui laisse une place momentanée à ce que l’on ignore de soi-même au moins autant que des autres.

Ce qui vaut pour l’individu est applicable au social. L’effacement du dessin (dessein) global a pour objet de laisser vivre à la place sa trace poétique générale, à l’image du fantôme d’un crayonnage trop lourd que l’on aurait gommé. Là également, les vertus de l’effacement peuvent être nombreuses et enrichissantes.

Sans forcément se référencer au désormais galvaudé « less is more » devenu lui même un emblème parfois dogmatique, l’assouplissement des règles et des principes peut venir tout simplement de la valorisation de l’incertitude.

Une forme artistique tirant uniquement son aura de la puissance victorieuse d’être bien comprise par beaucoup de monde, est aussi en passe de n’être qu’un produit condamné à ne plus jamais échapper à personne. Il en va parfois ainsi de la fameuse « bonne idée » qui serait source de projets d’avenir.

On pourrait bien évidemment en discuter à travers nombre d’exemples d’oeuvres fondant notre culture, mais il vaudrait mieux tout d’abord se demander si la performance nécessite de se projeter dans un quelconque avenir académique aux corridors tapissés d’une reconnaissance radieuse, aussi local et éphémère soit-il. Peut-être la valeur de l’instant échappe-t-elle aux normes de qualité d’un monde qui se donne l’air de ne se concevoir qu’à travers les générations futures ?

L’avenir vers lequel il s’agit de tourner les yeux ici, se situe à l’extrémité d’une courbe tendue à l’infini vers l’immédiateté.

« Tout doit disparaître » a pour ambition de chercher une longueur d’onde commune à ses participants/es, pour que soit perçue un bref instant pour nous tous, cette éclipse totale d’assurance.

Dans le cadre d’une étude nourrie d’interrogations particulières sur la place du public dans le spectacle vivant, ce workshop est susceptible d’accueillir également toute personne qui ne souhaiterait pas participer autrement qu’en tant que spectateur/trice.

Le tarif d’accès en ce cas, sera identique à celui des inscriptions et obtenu de même, via le système d’achat et de réservation actuellement mis en place pour chaque stage.

 

Workshop - Scène Vivante - David Noir

Tout doit disparaître – David Noir

Si vous souhaiter payer par chèque, merci de vous inscrire au préalable en complétant le formulaire ci-dessous, puis envoyer votre paiement à David Noir – Scène Vivante, 8 rue du guichet 92110 Clichy. (Informations détaillées ici)

Pour choisir plusieurs options, enfoncez la touche Ctrl et cliquez sur PC ; idem avec la touche Cmd sur Mac.

Formulaire d'inscription

 

Related Posts

« ICONICUM »

« ICONICUM »

Scène Vivante

David Noir - Scène Vivante - Jouer nu/e

« JOUER NU(E) »

Leave a Reply

Your email address will not be published.

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Réinitialiser le mot de passe
Veuillez entrer votre email. Vous allez recevoir votre nouveau mot de passe par email.